Lubrizol, une catastrophe en cours

” Jeudi 26 septembre 2019, les habitants de Rouen et de son agglomération se réveillaient sous un immense panache de fumée issu de l’incendie de l’usine LUBRIZOL. Dans la nuit, plus de 9 000 tonnes de produits dangereux et deux toitures en amiante-ciment brûlent dans l’incendie de l’usine Lubrizol et des entrepôts de Normandie logistique. C’est une pollution sans précédent : les sols, les berges et la Seine sont touchés, le nuage de fumée avec ses composantes toxiques et cancérigènes, dont des fibres d’amiante, a survolé l’agglomération de Rouen et des centaines de communes jusqu’au Nord de la Belgique. » (Voir le communiqué du collectif sur le site : https://www.asso-henri-pezerat.org/lubrizol-manifestation-le-26-septembre/ )

La manifestation du 26 septembre a été préparée par les militants du collectif unitaire Lubrizol avec des actions quotidiennes toute la semaine, qui ont assuré la réussite des deux moments forts : 

la réunion publique de vendredi soir 25 septembre (https://urldefense.proofpoint.com/v2/url?u=https-3A__www.facebook.com_RouenAnticapitaliste_videos_804047187043076_&d=DwIGaQ&c=BMMjOd5rMwijTOshDELeaSyLbdw3FGdGqNcuGNpHb2g&r=pG-8EI31jLdpINusxuyGSZ3r-27x8cYuSvaN5Y6_dzo&m=ejH-WlvvquSpvtNywOYXpkw1O50wp09_lLDaAhGbsII&s=gICwGbZltiS0dydsmgFdl9hd0dTdMCNRlYllR8Ufosg&e=

la manifestation de samedi 26 septembre (https://reporterre.net/Un-an-apres-Lubrizol-les-Rouennais-manifestent-pour-la-verite). Gérald Le Corre qui coordonne le collectif unitaire Lubrizol était en direct samedi matin sur France Info : https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/incendie/incendie-d-un-site-seveso-a-rouen/un-an-apres-lubrizol-les-incidents-se-multiplient-sur-les-sites-seveso-et-on-est-extremement-inquiets-declare-un-inspecteur-du-travail_4119313.html


Au nom de l’association Henri Pézerat, j’ai fait une intervention dans la réunion publique (voir pdf ci-dessous) et participé à la manifestation en tenant la banderole du collectif : «  Lubrizol coupable. Etat complice » (photo en pj) Je salue le travail collectif ayant permis ces moments de mobilisation qui inscrivent cette action dans la durée, notamment pour un suivi sanitaire digne de ce nom et la condamnation pénale de Lubrizol.Au même moment des mobilisations avaient lieu dans une quinzaine de sites en France https://notremaisonbrule.gogocarto.fr/annuaire#/carte/@46.33,2.50,6z?cat=all , à l’appel de « Notre maisons brûle » qui vient de créer avec Mediapart, observatoire des violences industrielles : https://blogs.mediapart.fr/observatoire-des-violences-industrielles/blog/220920/pour-une-autodefense-populaire-face-aux-dangers-industriels  L’association Henri Pézerat participe aussi à cet appel. Alors même que toutes ces mobilisations mettent en lumière les infractions répétées des industriels et les carences fautives de l’Etat, le gouvernent va faire adopter une loi de « simplification »  des procédures pour les industriels, loi indigne tant du point de vue du contrôle démocratique que de la protection de la santé et de l’environnement. La CGT a publié un communiqué confédéral rappelant au gouvernement ses responsabilités en matière de sécurité industrielle (voir pj). Tant que l’impunité des crimes industriels sera ce qu’elle est nous serons à la merci des maladies et accidents industriels. Nous devons continuer nos luttes en refusant l’oubli et l’effacement des traces.

Reportage de France 3