Tag Archives: cartier de marchienne

Vergogna! Soutien aux victimes de Stephan Schmidheiny

Vergogna! Soutien aux victimes de Stephan Schmidheiny

La Cour de cassation italienne a annulé mercredi soir la condamnation de Stephan Schmidheiny, cet industriel suisse jugé coupable d’avoir provoqué la mort de près de 3.000 personnes dans ses usines d’amiante en Italie. Ancien propriétaire d’Eternit Suisse et ancien actionnaire important d’Eternit Italie (de 1976 à 1986), il avait été condamné pour « catastrophe

Procès Eternit Turin : victoire des victimes en appel!

Stephan Schmidheiny, ancien patron du groupe Eternit en Italie, a été condamné à 18 ans de prison ferme pour omission de mesures de sécurité et désastre intentionnel, dans l’affaire de l’exposition à l’amiante autour des usines italiennes de Casale Monferrato, Bagnoli et Rubiera, qui a causé des milliers de victimes. Il est également condamné à

Un procès Eternit en France…

Jean-Paul Teissonnière, avocat des victimes de crimes industriels, mis en examen… pour diffamation, par la firme Eternit Communiqué de presse, Association Henri Pézerat, CGT Eternit Terssac, Ban Asbestos France, Addeva 81, Ardeva Sud-Est, CAPER Auvergne 6 septembre 2012 (lire en pdf / english version follows) Jean-Paul Teissonnière lors du verdict historique du procès Eternit de

Procès Eternit, un crime social et environnemental reconnu

Tribune publiée sur LeMonde.fr le 23 mai 2012. Le procès d’Eternit s’est conclu en Italie par une condamnation de ses dirigeants à seize ans de prison ferme et de lourdes indemnisations. Cette multinationale a contrôlé pendant des décennies le marché mondial de l’amiante, exposant à ses fibres mortelles des dizaines de milliers de salariés et

Appel pour l’interdiction mondiale de l’exploitation et de l’usage de l’amiante

L’Appel pour l’interdiction mondiale de l’exploitation et de l’usage de l’amiante (lire en pdf) sera adressé au secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et à l’Organisation internationale du Travail (BIT). L’idée d’un appel international a germé au lendemain du verdict

Top