Mai 2012 : propositions de l’Association pour un vrai suivi post-professionnel

 

La catastrophe sanitaire de l’amiante a mis sous les feux de la rampe l’occultation des victimes et des maladies induites par l’exposition à cette fibre toxique, laissant à la charge des personnes touchées la gestion des conséquences physiques et psychologiques, individuelles et familiales, de ce drame, et à la charge de la collectivité, notamment l’assurance maladie, l’ensemble des coûts non reconnus comme indemnisables par les industriels et les employeurs.

Cette catastrophe a également mis en évidence les carences importantes des pouvoirs publics en matière d’information des victimes concernant l’exposition à l’amiante mais aussi le fait qu’ayant été exposées à l’amiante, elles ont subi de graves préjudices ouvrant droit à diverses formes de réparation.

Le suivi post-exposition et post-professionnel s’inscrit alors comme la première étape du processus de réparation des victimes, professionnelles ou environnementales, d’exposition à des produits CMR.

A lire en pdf le texte intégral des propositions de l’association pour le SPP